The observatoryCelebration of the Bow River, Calgary, Alberta, Canada - 2010

Tout déplacement appelle une redéfinition des critères, une réévaluation permanente de situations devenues instables. Déplacer, c’est redéfinir tout en se positionnant... c’est passer d’un espace à un autre.  De cette façon, la mobilité définit en quelque sorte le périmètre d’un territoire tout en le façonnant à son image, à son identité. Ici le territoire est envisagé comme un réseau interconnecté de chemins et de liaisons qui le traversent. 

Le projet d’intervention se présente comme une structure temporaire in situ, une construction élémentaire mi-achevée. D’apparence minimale, les constructions de bois invitent à la flânerie et proposent aux promeneurs différents types d’expériences sur le lieu, à la manière d’un sentier ou d’un déambulatoire.

Un cheminement : le visiteur s’élève peu à peu et atteint de plate-formes et de passerelles sur laquelle sont implantées de post d’observations qui permet au promeneur l’expérience d’une véritable immersion dans la nature.

Une expérimentation est proposée : l’observateur assiste à la transformation de l'espace sous l'effet de sa propre subjectivité. Se prêtant à cette pérégrination, il visite les vestiges du passage du regard, il assiste à la construction d'une mémoire visuelle.

Ces icônes d’établissement invitent à réfléchir sur la façon dont l’être humain occupe son habitat, s’abrite et marque son territoire, à mi-chemin entre nomadisme et sédentarisme, nature et culture, temporaire et permanent.

Ces structures à la qualité d’être un espace ouvert et à l’échelle humaine. Il s’agit d’un laboratoire, d’un chantier d’essais, d’idées et d’actions s’adressant à un public pris sur le vif dans l’environnement the Bow River.